Lutte contre Boko Haram: Réunion des Ministres de la COPAX à Yaoundé

Après la Réunion de la commission de Défense et Sécurité du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique Centrale tenue il ya deux jours à Yaoundé, le tour est revenu aux ministres du même Conseil de se réunir dans la capitale camerounaise en vue d’élaborer une stratégie, conforme à la décision des Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC) prise à Addis – Abeba, à l’issue de la concertation du 31 janvier 2015, destinée à soutenir les pays membres victimes des actes d’agression du groupe terroriste Boko Haram.

La réunion extraordinaire des ministres du COPAX a examiné aussi le rapport de la Réunion de la Commission Défense et Sécurité du COPAX.

Trois allocutions ont été ponctuées au cours de la cérémonie solennelle d’ouverture : le discours de bienvenue du Ministre des relations extérieures du Cameroun, son Excellence Pierre MOUKOKO MBONJO, l’allocution du Secrétaire Général de la CEEAC, l’ambassadeur Ahmad ALLAM-MI et le discours d’ouverture du Ministre tchadien des Affaires Etrangères et de l’intégration africaine et président du Conseil des Ministres du Conseil de Paix et de Sécurité de la CEEAC son Excellence MOUSSA FAKI MAHAMAT.

S’agissant de la stratégie de la CEEAC dans la lutte contre Boko haram, celle-ci préconise des actions concrètes assorties d’un échéancier bien déterminé et les mécanismes de mise en œuvre efficaces. Le Secrétaire général de la CEEAC a une fois de plus martelé l’importance pour les Etats membres de

mettre en place une stratégie qui prenne en compte la nécessité de la solidarité envers le Cameroun et le Tchad en cohérence avec les autres initiatives internationales, notamment celle de la Commission du bassin du lac Tchad qui consiste à mettre en place la Force Multinationale Mixte autorisée par l’Union africaine. « il est du devoir de la Communauté, face à la situation particulièrement difficile que traversent les deux Etats membres, de leur apporter son soutien multiforme, individuel ou collectif, sur les plans militaire, diplomatique et humanitaire » a souligné l’ambassadeur ALLAM-MI.
Le Secrétaire général de la CEEAC a qualifié de transnationales les menaces croissantes que fait peser le groupe terroriste sur la sécurité et la stabilité dans l’espace communautaire, sur les perspectives de développement et sur le bien être des populations, d’où la nécessité selon lui, d’une riposte collective.

Félicitant les forces armées camerounaises et tchadiennes pour leur courage et leur bravoure face à l’agression du groupe terroriste Boko Haram, le Secrétaire général de la CEEAC a salué la coopération exemplaire entre le Cameroun et le Tchad dans la riposte contre cette agression et exhorté l’indispensable synergie d’actions entre la CEEAC et la Commission de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Saisissant l’opportunité, l’ambassadeur ALLAM-MI a évoqué les autres défis sécuritaires auxquels la CEEAC doit s’attaquer, notamment la crise politique et sécuritaire en République centrafricaine et les tueries du groupe terroriste ADF-NALU à l’Est de la République Démocratique du Congo. Conformément au programme rendu public à Yaoundé, les Chefs d’Etat se réuniront le lundi 16 février 2015 à Yaoundé en vue d’examiner les propositions faites par les Ministres.CEEAC